Culture Musique

Nicolas Maury, les « Prémices » d’une carrière musicale ?

Nicolas Maury, les "Prémices" d'une carrière musicale
Clip vidéo de la chanson Prémices
On l'a connu acteur dans la série Dix pour cent, on l'a découvert réalisateur à la sortie de son premier film Garçon chiffon... Voilà que Nicolas Maury pousse une nouvelle porte artistique en choisissant la musique. Sa chanson Prémices est sortie le 1er avril.

Cela n’a rien d’un poisson d’avril, le désormais chanteur Nicolas Maury vient de sortir un premier single intitulé Prémices, accompagné d’un clip vidéo qui affirme l’amour de l’homme pour l’esthétique de l’image. Jamais véritablement entré dans un schéma contraint de carrière artistique, Maury assoit ainsi un personnage complexe et complet, un artiste que l’on apprécie autant pour ses multiples talents que pour sa personne… Un artiste à l’ancienne, en somme.

Se mettre en danger et arpenter des chemins sur lesquels on ne l’attend pas, c’est en partie ce qui pourrait caractériser l’esprit Maury, d’autant plus depuis la sortie de son premier film Garçon chiffon, dont l’exploitation avait été mise à mal par la crise sanitaire. Lorsque nous l’avions rencontré il y a un an, il nous confiait que son expérience de la réalisation l’avait amené à « écrire [sa] propre musique »… Voilà qu’il en fait pour de vrai !

Accompagné à la composition par O (Olivier Marguerit), l’interprète pose un texte à son image sur une musique lente et douce qui nous ramène quelques décennies en arrière. Tout, dans l’esthétique du clip Prémices, fait d’ailleurs éloge à une époque qui nous semble révolue. Du noir et blanc de la vidéo aux décors des premières émissions de télévision, en passant par les costumes et les coiffures… chaque élément permet de révéler l’univers sobre, sensible et poétique de l’éternel garçon chiffon.

Déjà dans son premier long-métrage, Nicolas Maury nous avait marqués par cette simplicité affirmée au service du beau. Comme un retour à l’essentiel qui s’affranchit des fioritures pour se recentrer sur l’expression pure de l’artiste. Un pari, sans doute, dans une époque marquée par le spectaculaire à tous niveaux, mais l’opportunité aussi de tracer sa propre voie, sur des bases qu’il construit lui-même projet après projet.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que nous découvrons l’attrait de Maury pour la musique. Il avait déjà enregistré Garçon velours pour la bande originale de son film et avait collaboré aux clips de Yelle et Calypso Valois. Nul ne peut donc savoir où le mènera cette nouvelle expérience, mais une chose est sûre : Nicolas Maury poursuit sa route avec une pertinence qui lui fait honneur.

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Recevez les dernières nouveautés de Snobinart, les articles les plus récents, et restez informé(e) de la publication du prochain numéro.

Suivez-nous aussi sur :