Cinéma Culture

Netflix renoue avec le cinéma

Nous sommes en 2017. À l’occasion du 70e Festival International du Film, le monde du cinéma a les yeux rivés sur Cannes. Le jury, présidé par Pedro Almodóvar, doit départager une vingtaine de longs-métrages en lice pour la Palme d’or, parmi lesquels 120 battements par minute de Robin Campillo et Rodin de Jacques Doillon.

Pourtant, derrière les paillettes et le tapis rouge, une autre compétition se joue depuis quelques mois, sous forme d’une polémique qui ne cesse d’enfler et de diviser. En cause, le géant du streaming Netflix, qui entend faire bouger les lignes immuables du système français en matière de cinéma. Parmi la sélection officielle, deux films sont produits par la plateforme américaine : Okja de Bong Joon-ho et The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach.

Seulement voilà, malgré tout l’intérêt qu’elles représentent, ces œuvres n’ont pas vocation à être diffusées dans les salles obscures, du moins en Europe. Le monde du cinéma s’embrase, deux camps se forment, les pour affrontent les contre et inversement. Car la question ne concerne pas la qualité, dont on sait que les productions Netflix ne sont pas exemptes, mais plutôt la mort annoncée du cinéma traditionnel tel que le défend le Festival de Cannes. En excluant toute possibilité de diffusion conventionnelle, Netflix se pose en marginal et se voit écarté, plus ou moins franchement, de la sélection.

Faute d’accord entre les deux organismes, l’équipe dirigeante de Cannes n’a pas le choix. Pour l’édition suivante, elle doit prendre les devants et éviter qu’une autre polémique vienne assombrir l’évènement annuel. Dès lors, « tout film qui souhaite concourir pour la Palme d’or devra sortir dans les salles françaises », comme le martèle Thierry Frémaux, même si c’est au détriment de réalisateurs notables comme Alfonso Cuarón, qui sort son film Roma sur la plateforme de streaming grâce à un financement de taille.


Trois ans plus tard, Netflix semble pourtant bien décidé à construire un pont entre deux mondes, entre deux époques. Après avoir établi un partenariat inédit avec MK2, le géant du streaming met à disposition de ses abonnés une large sélection de films d’anthologie signés François Truffaut. C’est le début d’une nouvelle offre à destination des cinéphiles. Chaque mois, Netflix gonfle son catalogue, en proposant les œuvres de Charlie Chaplin, David Lynch, Jacques Demy ou encore Xavier Dolan.

L’objectif est clair : si Netflix ne peut pas venir au cinéma, c’est le cinéma qui viendra sur Netflix, qui n’hésite d’ailleurs pas à surfer sur la vague provoquée par Tenet pour rappeler qu’elle dispose également de six films de Christopher Nolan.

Après une pause estivale, la programmation cinéphile revient sur la plateforme. Dès le 1er septembre 2020, les abonnés pourront (re)découvrir une partie de l’œuvre de Jean-Luc Godard à travers quatre de ses films : À bout de souffle, Le Mépris, Alphaville et Détective. Comme un pied-de-nez à l’industrie du cinéma, qui continue de souffrir de la situation sanitaire, Netflix met ainsi à l’honneur le réalisateur français, dont on sait qu’il vit avec le Festival de Cannes une histoire aux allures de « Je t’aime, moi non plus ».

En attendant une réconciliation mutuelle entre Netflix et le cinéma, la frontière reste encore bien visible. Et s’il serait dommage de passer à côté du catalogue de plus en plus intéressant de la plateforme, nous ne saurions que trop vous recommander de ne pas délaisser non plus les salles obscures.


Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Recevez les dernières nouveautés de Snobinart, les articles les plus récents, et restez informé(e) de la publication du prochain numéro.

Suivez-nous aussi sur :