Culture Musique

Musique et festivals, quand l’union fait la force créatrice

Musique et festivals, quand l'union fait la force créatrice
Festival de Thau © Phil Poulenas
Impossible de les manquer tant ils sont nombreux, notamment sur notre beau territoire. Les festivals rythment depuis de nombreuses années les étés des résidents comme celui des touristes. Focus sur ces événements de grande ampleur qui attirent toujours un large public.

Indémodables classiques

Si l’on se fie à l’histoire même des festivals, c’est bien la musique sacrée qui est à l’origine de la démocratisation de ces grands rendez-vous musicaux. Dans la première partie du XIXe siècle, les prémices de ces événements d’une ampleur alors nouvelle se dessinent en Angleterre, avant de rapidement atteindre le continent européen. Regroupant d’abord des chorales et des ensembles issus du mouvement orphéonique, les festivals se transforment peu à peu et s’étendent à la musique dite savante (en opposition à la musique populaire).

C’est donc avec une certaine logique que nous retrouvons aujourd’hui de nombreux festivals qui mettent en avant ce que l’on appelle encore la « grande musique ». Moderne ou baroque, lyrique ou orchestrale, sa pratique traverse les siècles et les festivals ne manquent pas pour l’apprécier à sa juste valeur. Dans le sud de la France, nous en avons même fait un art de vivre à part entière, tant les lieux propices à l’embellissement de cet art sont légion. Théâtres antiques et arènes, constructions contemporaines adaptées ou même grands espaces à l’acoustique idéale sont mis à contribution sur tout le territoire durant l’été.

Parmi les grands rendez-vous de l’été, il est des événements incontournables pour les amateurs de musique classique. À commencer par le Festival Radio France à Montpellier, qui misait cette année sur un programme So British qui a accueilli de nombreux groupes et artistes pendant tout le mois de juillet.

Du côté des terres provençales, c’est à Uzès et Saint-Rémy-de-Provence que tout s’est joué, respectivement aux Nuits Musicales et au Festival de Glanum. Si quelques années séparent effectivement la création de ces deux manifestations, elles proposent toutes deux des soirées de grande qualité, qui ne se cantonnent d’ailleurs pas à la musique classique. Jazz, cinéma et même humour s’y retrouvent mêlés pour une expérience hors du temps à vivre sans hésiter lors d’une belle nuit d’été.


Les amateurs de grands concerts connaissent enfin Aigues-Vives en musiques, qui revient cette année pour une douzième édition sous le signe de la renaissance, avec au programme des compositeurs comme Mozart, Beethoven, Mendelssohn ou Brahms, notamment en compagnie des directeurs artistiques Judith Ingolfsson (violon) et Vladimir Stoupel (piano).

Musiques du monde et d’aujourd’hui

Dans les musiques actuelles, il est de plus en plus compliqué de catégoriser les musiques, tant les inspirations vont et viennent au gré des tendances, des recherches artistiques ou tout simplement des envies. Et c’est tant mieux, car à tout vouloir étiqueter, on en vient à oublier de découvrir. On pourrait par exemple distinguer les musiques du monde de celles qui sont issues de nos artistes locaux, mais ce serait nier les influences qui se mutualisent et s’entrelacent en dépit des frontières.

Cet effacement des barrières, de nombreux festivals en ont d’ailleurs fait un argument de poids dans leur programmation. C’est le cas du Festival de Thau, qui mêle aussi bien les musiques du monde que le soutien à la création locale et les concerts d’artistes nationaux renommés. Au même titre d’ailleurs que Les Suds à Arles, dont la programmation de qualité est aussi l’occasion de mener des actions de médiation et de transmission à destination de ses différents publics.

Pour ce qui est des grandes audiences, on retrouve naturellement des événements d’une autre envergure avec des concerts qui se jouent souvent à guichet fermé, comme c’est le cas pour le Festival de Nîmes qui a accueilli jusqu’en juillet des artistes tels que Stromae ou Angèle. De grands noms de la chanson francophone sont encore venus faire vivre la scène flottante d’Agde dans le cadre d’Estiv’Agde. Y étaient notamment attendus Marc Lavoine, Véronique Sanson ou Louis Chedid.

Pour les découvertes un peu moins mainstream, il fallait en revanche se retourner vers d’autres événements comme la 27e édition de Jazz à Sète, qui a donné lieu à des soirées particulièrement festives et toujours de grande qualité dans le superbe Théâtre de la Mer. Ce cadre a servi aussi de toile de fond à un 25e Fiest’À Sète qui s’est étendu jusqu’aux abords du bassin de Thau.

Pour un été résolument plus rock, on a pu compter sur la scène extérieure de la Secret Place, qui a vu cette année se dérouler sa première Rock Session, en plus des nombreux concerts prévus pour les deux mois d’été.

Enfin, pour terminer les vacances en beauté et se ressourcer avant une rentrée qu’on n’attend jamais trop tôt, le cadre bucolique du Domaine d’Ô à Montpellier sera le théâtre des Nuits d’Ô, fin août. Cet événement familial qui allie le cinéma à la musique est aussi l’un des derniers de l’été. La structure propose par ailleurs de nombreux autres événements culturels dans le cadre de sa saison estivale. Vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas quoi faire pendant l’été sur le territoire !


Abonnez-vous à notre Newsletter !

Recevez les dernières nouveautés de Snobinart, les articles les plus récents, et restez informé(e) de la publication du prochain numéro.

Suivez-nous aussi sur :