Tiago Rodrigues et l’impossible, ce que l’humanitaire a d’inhumain

Programmée in extremis dans le cadre de ce 77e Festival d’Avignon, la pièce Dans la mesure de l’impossible du nouveau directeur Tiago Rodrigues, créée début 2022, nous plonge au cœur de la machine humanitaire. Conçu comme un théâtre documentaire qui porte la voix de ces travailleurs au plus près de l’impensable, le spectacle distille une parole dure qui trouve un certain écho dans la programmation 2023 du Festival.

Peter Avondo
Peter Avondo  - Critique Spectacle vivant / Journaliste culture Festival d'Avignon
3 mn de lecture

Les témoignages recueillis pour la conception de Dans la mesure de l’impossible parlent d’eux-mêmes. Les travailleurs humanitaires qui ont accepté de se confier sur leur travail ne voient pas l’intérêt de porter leur parole sur un plateau. Qu’est-ce que cela pourrait apporter à qui que ce soit ? Ils ne sont pas des héros, les actions qu’ils mènent jour après jour dans les zones sensibles, au plus près des drames de notre monde, relèvent de la nécessité de l’action plutôt que de celle du discours.

Pourtant, c’est bien par le medium du théâtre que Tiago Rodrigues en fait l’écho. Réunissant une équipe de cinq interprètes, dont un batteur, il construit peu à peu un récit du réel sur les fondations des multiples anecdotes rapportées qu’il sert, brutes, à un public qui découvre comme rarement les dessous du travail humanitaire. Des décisions les plus inhumaines à prendre, comme celle de vie ou de mort sur des enfants, à la confrontation directe aux conflits armés et à leurs conséquences, ces sauveteurs internationaux s’engagent dans un flux infini de souvenirs qui appartient, pour eux, au commun.

Et si chacune de leurs histoires, parfois volontairement étirées, scindées ou dramatisées par la montée en intensité des percussions, dresse déjà un portrait inédit de ce travail de l’ombre, c’est l’accumulation et l’intrication de tous ces témoignages qui font ressortir toute la difficulté et la noirceur de ces missions pourtant essentielles. Au service de ce constat, la scénographie qui s’attelle à monter en direct une gigantesque tente blanche comme symbole apparaît bien dérisoire, tant le texte et les interprètes suffisent à dire l’indicible.

En faisant le choix de ne nommer aucun lieu ni aucune organisation, leur préférant le terme d’impossible, Tiago Rodrigues donne à son spectacle une valeur intemporelle qui répond à une situation géopolitique internationale vouée à l’instabilité permanente. Quelles que soient les références avec lesquelles on assiste à Dans la mesure de l’impossible, il y a dans cette pièce toute l’essence d’une (in)humanité qui se répète et se révèle dans ces innombrables conflits à travers le monde, à travers les années.


Dans le cadre d’un Festival d’Avignon qui se concentre de toute évidence sur la réalité du monde et sur la mise en lumière des personnes laissées dans l’ombre, la programmation de ce spectacle apparaît pour le moins pertinente et contribue à son ambition internationale. L’écho des humanitaires, lui, a également trouvé sa voie jusqu’à un public particulièrement attentif et indéniablement conquis.

Partager cet article
Avatar photo
Par Peter Avondo Critique Spectacle vivant / Journaliste culture
Suivre :
Issu du théâtre et du spectacle vivant, Peter Avondo collabore à la création du magazine Snobinart et se spécialise dans la critique de spectacle vivant. Il intègre en mars 2023 le Syndicat Professionnel de la Critique Théâtre Musique Danse. 06 22 65 94 17 / peter.avondo@snobinart.fr
Laisser un commentaire

Abonnez-vous au magazine Snobinart !

Dans la mesure de l’impossible

Avec
Beatriz Brás, Isabelle Caillat, Baptiste Coustenoble, Adama Diop et Gabriel Ferrandini (musicien)

Texte et mise en scène
Tiago Rodrigues

Traduction
Thomas Resendes

Scénographie
Laurent Junod, Wendy Tukuoka, Laura Fleury

Musique
Gabriel Ferrandini

Lumière
Rui Monteiro

Son
Pedro Costa

Costumes et collaboration artistique
Magda Bizarro

Assistanat à la mise en scène
Renata Antonante, Lisa Como

Régie générale
Valérie Oberson et Michael Bouvier (en alternance)

Régie lumière
Etienne Morel et Serge Lévi (en alternance)

Régie son
Charles Mugel

Habilleuse
Karine Dubois