Philippe Quesne cultive son jardin in situ à la Carrière de Boulbon

Après sept ans de fermeture, la Carrière de Boulbon retrouve cette année la programmation du Festival d’Avignon. En son antre, le metteur en scène Philippe Quesne crée Le Jardin des Délices, une expérience ésotérique et contemplative dont l’intérêt passe avant tout par la scénographie in situ qui met en valeur le lieu.

Peter Avondo
Peter Avondo  - Critique Spectacle vivant / Journaliste culture Festival d'Avignon
4 mn de lecture

Difficile de ne pas être émerveillé par l’endroit, où les paysages de Provence laissent soudain place à de grandes parois de pierre brutes, à cru. Pour la grande réouverture de la Carrière de Boulbon, lieu emblématique du Festival hors les murs, c’est à Philippe Quesne qu’a été confiée la lourde tâche de réinvestir le lieu, transformé temporairement en salle de spectacle à ciel ouvert. Prenant sa mission à bras-le-corps, le metteur en scène choisit le décor le plus naturel possible et imagine une traversée perchée de deux heures, dans une grande contemplation de cet espace atypique.

Il faut s’imaginer des monuments improbables faits de formes, de végétaux et de minéraux. Autour d’eux gravitent des êtres humains nus chevauchant des chevaux, copulant ou communiant les uns avec les autres, comme ils le font avec les mollusques et les œufs disproportionnés qui peuplent ce lieu. Il faut se les imaginer, car sous nos yeux presque rien de tout cela n’existe, hormis par le prisme des personnages qui, dans leur projection commune, semblent parfaitement percevoir ce à quoi pourrait ressembler ce Jardin des Délices peint par Jérôme Bosch au XVe siècle.

Car en dépit de cette espèce d’idéal qui les relie les uns aux autres, rien de ce qui nous est raconté ne semble véritablement se concrétiser ici. Hippies nostalgiques vivant une hallucination collective ou membres d’une secte en quête d’un renouveau salvateur sur une autre planète – l’un n’excluant pas l’autre –, la petite troupe d’allumés rassemblée par Philippe Quesne enchaîne les divagations fantasmatiques dans un but qui n’appartient qu’à eux et nous exclut petit à petit.

Pourtant, le gigantisme du lieu ne semble pas être une contrainte. Tour à tour épicentre de l’enfer sur terre, pas de tir vers un nouvel avenir ou refuge de tranquillité loin de toute civilisation, la Carrière de Boulbon devient un terrain de jeu que le metteur en scène s’approprie dans son entièreté sans pour autant le subir. Investissant et assumant chaque recoin de l’espace que les interprètes partagent avec le public, il crée une forme qui trouve parfaitement sa place ici. À tel point qu’il est difficile de l’imaginer ailleurs.


Mais bien que ce Jardin des Délices soit porté par une équipe talentueuse et à l’humour aussi simple qu’efficace, au moins dans les premiers instants, le spectacle s’éloigne peu à peu des spectateurs au fil d’un entre-soi qui se fait de plus en plus évident. Mus par leur objectif commun auquel le public n’est pas convié, les personnages tout droit sortis des années 1970 américaines s’adonnent à leurs rituels, leurs cercles de parole et leur quête d’idéal, nous abandonnant malgré nous à la contemplation.

Alors le temps s’étire malgré les effets visuels à grand spectacle qu’on nous propose. On en vient à souhaiter, autant pour eux que pour nous, qu’ils parviennent à s’extirper de ce lieu transitoire où ils se sont eux-mêmes emprisonnés à ciel ouvert. Convaincant ou non, Philippe Quesne conçoit en tout cas une scénographie sur mesure qui sert l’événement de la réouverture de la Carrière de Boulbon et en fait profiter le public à sa propre manière.

Partager cet article
Avatar photo
Par Peter Avondo Critique Spectacle vivant / Journaliste culture
Suivre :
Issu du théâtre et du spectacle vivant, Peter Avondo collabore à la création du magazine Snobinart et se spécialise dans la critique de spectacle vivant. Il intègre en mars 2023 le Syndicat Professionnel de la Critique Théâtre Musique Danse. 06 22 65 94 17 / peter.avondo@snobinart.fr
Laisser un commentaire

Abonnez-vous au magazine Snobinart !

Le Jardin des Délices

Avec
Jean-Charles Dumay, Léo Gobin, Sébastien Jacobs, Elina Löwensohn, Nuno Lucas, Isabelle Prim, Thierry Raynaud, Gaëtan Vourc’h

Conception, mise en scène et scénographie
Philippe Quesne

Textes originaux
Laura Vazquez

Costumes, sculptures
Karine Marques Ferreira

Collaboration scénographie
Élodie Dauguet

Dramaturge
Éric Vautrin

Assistanat à la mise en scène
François-Xavier Rouyer

Collaboration technique
Marc Chevillon

Son
Janyves Coïc

Lumière
Jean-Baptiste Boutte

Vidéo
Matthias Schnyder

Accessoires
Mathieu Dorsaz

Régie générale
François Boulet, Martine Staerk

Régie plateau
Ewan Guichard

Régie lumière
Cassandre Colliard

Habillage
Estelle Boul

Construction des décors Ateliers du Théâtre Vidy-Lausanne

Production et diffusion
Judith Martin, Elizabeth Gay (Théâtre Vidy-Lausanne)

Production Charlotte Kaminski (Vivarium Studio)