À la Comédie-Française, Tartuffe au bord de la crise de nerfs

C'est l'un des gros rendez-vous de ce Printemps des Comédiens. Alors que l'on fête les 400 ans de la naissance de Molière, le Domaine d'Ô accueille en ce moment la Comédie-Française pour un Tartuffe inédit, restitué dans sa version initiale.

Peter Avondo
Peter Avondo  - Critique Spectacle vivant / Journaliste culture
5 mn de lecture

Le travail a été mené par Georges Forestier, professeur émérite à l’Université de la Sorbonne. Une recherche à partir du texte du Tartuffe tel que nous le connaissons, pour en reconstruire la toute première version, qui ne connut qu’une seule représentation devant Louis XIV avant d’être interdite en l’état et réécrite. Dans cette édition intitulée Le Tartuffe ou l’hypocrite, l’imposture tient moins d’une profession à part entière que des déviances d’un faux dévot. Une comédie en trois actes contre les cinq que compte la version finale, qui met en avant un personnage inédit qui prend vie sous la direction d’Ivo van Hove dans une mise en scène qui nous laisse quelque peu perplexes.

Pourtant le parti pris dès les premiers instants est fort, sensé et d’intérêt. Sur un plateau nu de prime abord, une armée de techniciens et de comédiens s’active pour donner à l’espace un aspect grandement théâtral qui aura tôt fait de se transformer en ring ou en tatami, au sein duquel vont s’affronter à coups de joutes verbales les différents personnages. Mais avant cela on introduit le personnage central de cette pièce. Tartuffe est recueilli comme un « pauvre homme » par Orgon et sa mère. On le dévêt, on le lave, on le soigne et on l’habille. Sur sa peau les traces d’une trop grande ferveur religieuse, mais déjà le maître des lieux est conquis. Il a pourtant participé à la mise en marche du personnage d’hypocrite, lui appliquant lui-même un masque de gentilhomme derrière lequel il s’estime à l’abri.

Comme dans la version que l’on connaît, les autres personnages sont quant à eux beaucoup plus méfiants. Car ce Tartuffe a pris bien trop de place en trop peu de temps, et ses paroles entendues comme évangiles vont à l’encontre des intérêts de la famille et de ses membres. Eux le savent, reste encore à ouvrir les yeux à ceux qui sont aveugles.

Chose indéniable, le talent des comédiens du Français est inaltérable. Avec une belle énergie, des gestes précis et des intentions justes, chacun des acteurs joue parfaitement son rôle et la mécanique fonctionne. Reste qu’on se demande parfois où veut nous emmener Ivo van Hove avec ses choix très arrêtés. Un Tartuffe qui semble toujours se situer à la frontière de la folie, des envolées dramatiques sur des instants de texte qui pourraient être plus légers, un rythme fait de répétitions scénographiques et qui a tendance à lasser… À croire que le texte tient davantage de la tragédie que de la comédie.


Et cela pourrait être un parti pris réussi, s’il n’y avait pas tant de tendance à l’énervement. La musique et les lumières graves sur des décors essentiellement noirs, associés à la rythmique de l’ensemble, donnent un effet de thriller psychologique qui prendrait la forme d’une série Netflix, dont chacun des épisodes est nommé sur un écran qui semble aussi bien servir à transcrire les annotations du metteur en scène.

Le Tartuffe ou l’hypocrite reste une pièce à voir, ne serait-ce que pour le texte inédit qui est proposé et pour expérimenter une autre dynamique que celle que l’on connaît. C’est une pièce à voir pour le grand talent de ses comédiens et pour le travail fait sur la scénographie spectaculaire qui, bien qu’assez commune, reste efficace. Pour le reste, chaque spectateur se fera son propre avis sur cette version sombre et à deux vitesses.

TEXTE
MOLIERE
MISE EN SCENE
IVO VAN HOVE
AVEC
CLAUDE MATHIEU, DENIS PODALYDES, LOIC CORBERY, CHRISTOPHE MONTENEZ, DOMINIQUE BLANC, JULIEN FRISON, MARINA HANDS, HELOISE CHOLLEY, CLEMENTINE BILLY, AKSEL CARREZ, FLORA CHEREAU, THOMAS KELLER, MICKAEL PELISSIER
DRAMATURGIE
KOEN TACHELET
SCENOGRAPHIE ET LUMIERES
JAN VERSWEYVELD
COSTUMES
AN D’HUYS
MUSIQUE
ALEXANDRE DESPLAT
SON
PIERRE ROUTIN
VIDEO
RENAUD RUBIANO

Partager cet article
Avatar photo
Par Peter Avondo Critique Spectacle vivant / Journaliste culture
Suivre :
Issu du théâtre et du spectacle vivant, Peter Avondo collabore à la création du magazine Snobinart et se spécialise dans la critique de spectacle vivant. Il intègre en mars 2023 le Syndicat Professionnel de la Critique Théâtre Musique Danse. 06 22 65 94 17 / peter.avondo@snobinart.fr
Laisser un commentaire

Abonnez-vous au magazine Snobinart !