Critique ciné : Mulan perdue dans ses réflexions


Bonne nouvelle ! Mulan n’est pas un copier coller qui, bien qu’offrant un sourire nostalgique, aurait finalement donné plus envie de regarder l’original. Mulan 2020 sera également plus fidèle à la légende chinoise et offrira donc, pour les occidentaux, un regard nouveau sur le personnage et l’histoire tout en séduisant le public chinois. Le film semble partir sur de bons rails… Mais dans ce miroir d’illusion… quel film allons nous voir ?


Hélas pour Mickey qui semblait à peine commencer à prendre des risques, nous regrettons qu’il en ait pris. Si le film est bien dépourvu de chansons, de Mushu et du criquet, il nous fait regretter les copier coller de Simba et Belle ! Si par sa volonté de séduire la Chine, le film se veut plus fidèle à la légende et inclut le Ch’i à l’histoire, les chinois se demanderont où est passé le respect de leur culture. Et si le budget était d’au moins 200 MILLIONS de DOLLARS, on se demandera où est passé cet argent tant le film est visuellement pauvre !


On nous avait annoncé un film plus réaliste, plus terre à terre et plus sombre. On pouvait presque s’attendre à un film historique. Il s’avère finalement être plus un film de super-héros que certains Marvel. Car une des fausses bonnes idées de Mulan a été d’adapter quelque chose que le film n’a pas compris, à savoir le Ch’i. Le Ch’i est en Asie un concept mystique fondamental de la vie et de l’univers, présent chez tous les êtres vivants. Un principe assez méconnu des Occidentaux qui ne possèdent aucun équivalent. L’introduire dans un film aussi populaire que Mulan aurait pu être un bon moyen de nous le présenter. Mais… Aïe… Le film se sert de cette énergie comme prétexte pour introduire la sorcellerie, donner une explication à des combats acrobatiques ridicules (sois disant hommage aux films de Kung-fu), et enfin girl-poweriser de la pire manière qui soit le personnage de Mulan qui ne manquait absolument pas d’un lifting féministe.


Comme beaucoup d’enfants l’ont fait et le feront, nous avons grandi en regardant des Disney et en y cherchant des modèles et des inspirations. Mulan est l’une de ces figures marquantes pour bien des raisons qui, malheureusement, ont totalement disparu de ce live action. C’est une jeune fille un peu maladroite mais pleine de bonne volonté qui cherche à trouver sa place malgré le poids écrasant d’une société qui ne laisse que très peu de possibilités aux femmes. Elle ne doit viser qu’à une chose : devenir la femme idéale “calme, et docile, l’esprit agile, fine et subtile, la taille gracile” qui comblera d’honneur sa famille. Elle souffre de cet écart entre ses aspirations et ce futur déjà tout écrit et, bien que sa famille comprenne sa douleur, il lui est impossible de la sauver de cette torture. Cependant, lorsque Mulan décide de rejeter tout cela ce n’est pas pour elle, c’est pour sauver son père. En effet, un autre élément essentiel de cette histoire repose sur la relation entre Mulan et sa famille. Mais si nous regardons bien le film qu’y voyons nous ?
La jeune fille qui cherche à bien faire mais rate complètement son rendez-vous avec la marieuse ? Disparue….
La grand-mère excentrique et libérée qui tente d’aider et de soutenir sa petite fille ? Disparue…
Nous voilà à la place avec une petite sœur qui ne la comprend pas vraiment et saura trouver, elle, sa place de femme idéale. Les scènes intimes si émouvantes entre Mulan et son père ? Disparues…
Adieu le final si poignant où Mulan refuse la place honorifique offerte par l’empereur lui même pour retourner auprès des siens. Ici nous avons une discussion rapide et bateau au vu et au su de tous.

Ce film avait pour but de rendre hommage à une figure féminine qui n’a rien à envier aux hommes et devient leur égal. C’est malheureusement tout l’inverse qui se dégage de ce film. À trop vouloir créer des figures de “femmes fortes”, comme il est devenu à la mode de les appeler, on en vient à proposer des films comme Mulan qui les déshumanisent et les rendent donc inaccessibles. Il est difficile de comprendre comment un projet d’une telle ampleur a pu passer complètement à côté du message qu’il voulait faire passer… Difficile de ressentir la moindre inspiration ou la moindre fierté à voir une de nos héroïnes préférées ainsi représentée et nous gardons seulement un goût amer en pensant aux enfants qui chercheront un modèle d’espoir et ne trouveront qu’un énième réservoir de clichés déshumanisants…

Si le film échoue dans ses messages, sa cohérence, ses visuels, et sa tentative de séduction du public chinois, y a-t-il quelques points positifs à relever dans ce désert de bonne idées ? Heureusement oui, le film propose un casting plutôt bon, on pense notamment à Jason Scott Lee qui joue le Shan-Yu de service, Liu Yifei qui nous propose une assez bonne prestation dans le rôle principal et Donnie Yen dont le charisme se fait remarquer. On peut noter quelques belles images quand Mulan s’entraîne au bord du lac sous un ciel violet. Quelques corrections par rapport au film de 1997 ont été apportées pour mieux coller à la légende. Fa Mulan est redevenue Hua Mulan et les Huns sont remplacés par les Rourans. Enfin la musique de Harry Gregson-Williams est appréciable dans l’ensemble et se sert de la nouvelle chanson « Loyal, Brave, True » comme thème principal. Nous regrettons toutefois le manque de reprises de l’excellente BO de feu Jerry Goldsmith. Le retour des celles de Menken et Zimmer sur La Belle et la Bête et Le Roi Lion faisaient pourtant bien partie des points positifs.

Malheureusement ces atouts ne rattrapent en rien les erreurs. Perdu dans ses réflexions, Mulan 2020 est un échec qui risque de conforter Disney à faire des copier coller pour ses prochains remakes. Triste bilan…

Alizée Guimmara et Louis Loucheux

(Photos : Disney)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *