Culture Spectacle vivant

Marion Siéfert élargit le cadre de nos écrans dans “_jeanne_dark_”

Marion Siéfert élargit le cadre de nos écrans dans "_jeanne_dark_"
© Matthieu Bareyre
Comment porter sur scène une société ultra connectée, quand cette même technologie joue aussi un rôle dans le désintérêt des jeunes générations pour le spectacle vivant ? La metteuse en scène Marion Siéfert semble avoir trouvé une solution, à laquelle elle donne brillamment vie dans la pièce multidimensionnelle _jeanne_dark_.

La scène est occupée par ce qui ressemble à une immense soft box, ces matériels d’éclairage photo ou vidéo très utilisés chez les influenceurs, censés diffuser la lumière pour un rendu professionnel. De part et d’autre, deux grands écrans au format smartphone complètent la scénographie. Ici sera diffusé, en temps réel, le live du spectacle accessible depuis Instagram. Voilà en quelques anglicismes le concept imaginé par Marion Siéfert pour parler de la vie quotidienne d’une ado ordinaire.

Dans une performance épatante de naturel, la comédienne Helena de Laurens se met dans la peau de Jeanne, pseudo @_jeanne_dark_, harcelée dans la vie comme sur les réseaux. Quand elle arrive sur scène, dissimulée sous son manteau vert et son sac de cours, la jeune femme est déjà déterminée à ne plus se taire. Alors elle décide de se livrer, à qui veut bien l’entendre, parce que ces plateformes qui la minent sont aussi celles qui lui offrent la liberté de parler.

“Voilà, ça c’est moi, maigre et molle.”

À partir de là, rien n’est vraiment fait pour de faux. Le direct a bel et bien lieu, capté depuis le téléphone que Jeanne tient entre ses mains, et les utilisateurs d’Instagram peuvent suivre et commenter les images à l’instant T. Dès lors, et bien que la performeuse soit seule sur scène, nous ne savons plus où donner de la tête. La simultanéité des multiples niveaux de lecture nous offre un regard riche et complexe sur Jeanne autant que sur toute sa génération.

Tandis que la jeune femme partage ses expériences, rarement joyeuses, du monde dans lequel elle vit, les commentaires fusent et créent parfois un décalage glaçant, menant le spectateur à rire quand on lui parle d’agression sexuelle ou de mal-être profond. Malgré lui, le public devient alors complice du harcèlement subi, avec une violence décuplée du fait de la présence, à quelques mètres de lui, de sa victime.


Cette confrontation à la réalité révèle d’ailleurs toute la pertinence de ce spectacle. Il y a d’abord ce passage de l’écran à la scène, qui met à jour une écrasante solitude. Si, sur le live, la jeune Jeanne occupe la majeure partie de l’écran, elle apparaît minuscule dans cette immense boîte blanche qui figure sa chambre.

Et cet élargissement d’horizon n’est pas sans effet. Les jeunes générations de spectateurs, pourtant habituées à évoluer dans ce quotidien qui, disons-le, n’a pas été exagéré dans _jeanne_dark_, peinent à accepter un tel étalement de leur réalité sur une vraie scène, avec une vraie Jeanne, devant un vrai public. Les commentaires de la salle rejoignent ceux des écrans, dans une passionnante expérience de spectacle vivant.

“T’es sûr que c’est du théâtre ça ?”

Commentaire d’un spectateur sur le live

Jeanne, quant à elle, suit le chemin que des milliers d’ados suivent chaque jour. Sous la pression qui la mène à se confier, elle s’éloigne peu à peu de celle qu’elle est au profit de celle que les autres veulent voir. D’abord timide et recroquevillée, elle décide peu à peu de se maquiller, de montrer son corps, de se déhancher en utilisant filtre sur filtre… en somme, de s’effacer derrière une normalité acceptable aux yeux du monde.

Le projet de Marion Siéfert est criant de justesse. La performance d’Helena de Laurens est saisissante. La pièce est à découvrir, en vrai et en live sur le compte Instagram @_jeanne_dark_.

À (RE)VOIR
– le 16/12 au Domaine d’O à Montpellier
– sur Instagram : @_jeanne_dark_

CONCEPTION, MISE EN SCENE ET TEXTE
MARION SIEFERT
COLLABORATION ARTISTIQUE, CHOREGRAPHIE ET PERFORMANCE
HELENA DE LAURENS
COLLABORATION ARTISTIQUE
MATTHIEU BAREYRE
CONCEPTION SCENOGRAPHIE
NADIA LAURO
LUMIERE
MANON LAURIOL
SON
JOHANNES VAN BEBBER
VIDEO
ANTOINE BRIOT
HARPE BAROQUE
BABETT NICLAS
COSTUMES
VALENTINE SOLE
MAQUILLAGE
KARIN WESTERLUND
ACCOMPAGNEMENT DU TRAVAIL VOCAL
JEAN-BAPTISTE VEYRET-LOGERIAS
REGIE GENERALE
CHLOE BOUJU
REGIE VIDEO
JEREMY OURY
REGIE PLATEAU
MARINE BROSSE


Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Recevez les dernières nouveautés de Snobinart, les articles les plus récents, et restez informé(e) de la publication du prochain numéro.

Suivez-nous aussi sur :