Culture Spectacle vivant

Et passent les années de Buenos Aires à Montpellier

Et passent les années de Buenos Aires à Montpellier
© Isabel Machado Rios
Pour les premières représentations françaises de sa dernière création Los Años, Mariano Pensotti a choisi le Printemps des Comédiens à Montpellier. À la croisée du théâtre et du cinéma, il livre une pièce sincère et juste, un constat sans abus qui traverse nettement les frontières de l'Argentine.

De ce qu’on lit sur le papier, l’intérêt premier de Los Años réside avant tout dans son dispositif scénique. En proposant une scénographie qui permet de suivre simultanément le même homme, dans sa même maison, avec 30 ans d’écart, Pensotti a déjà le mérite d’oser arpenter un terrain dangereux. Car la pièce est comme ces romans qui traitent de deux époques à la fois. Le risque de s’y perdre est grand, à moins que le fil de l’histoire soit habilement tenu, ce qui est effectivement le cas.

Le mot « histoire » n’est pourtant pas le plus pertinent. À travers son regard de réalisateur, Mariano Pensotti construit un documentaire en temps réel qui, bien que conduit par une certaine chronologie, se traduit avant tout par quelque chose de l’ordre du constat. Sous prétexte de suivre cet homme à deux périodes de sa vie, l’auteur et metteur en scène raconte aussi l’histoire d’une société, d’un pays et d’un monde entier. Avec une universalité presque logique, il s’aventure sur des terrains parfois difficiles (la géopolitique, les inégalités…) sans jamais tomber dans le piège du commentaire.

Los Años devient d’ailleurs rapidement le terrain de jeu de ce qui pourrait être de trop, sans en franchir le pas. C’est encore le cas dans la représentation quasi dystopique que propose la pièce de l’année 2050. Il suffit de peu, quelques mots bien choisis, une technologie à peine plus évoluée que la nôtre, et nous voilà plongés dans un temps futur auquel on n’a aucun mal à se raccrocher. Il faut dire que là n’est pas précisément le sujet de cette création. C’est le rapport au temps, notre propre rapport aux années qui passent et aux effets qu’elles ont sur nous, qui est véritablement l’enjeu de cette pièce.

Dans trente ans, Pensotti imagine un monde où le cinéma est un art perdu, presque moqué. Gavée de consommation virtuelle sous toutes ses formes, renforcée par les pandémies à répétitions, l’humanité s’est lassée et lui préfère désormais le réel, et avec lui le spectacle vivant. Une déclaration d’amour que l’on ne peut que partager, mais qui met aussi en exergue une réflexion autour de l’image et du rapport à l’autre. Aujourd’hui miroir de la réalité par excellence, notamment via le genre documentaire, le septième art devient en 2050 l’expression de l’imposture.

Par ce choix, le réalisateur argentin porte un regard assez sombre, bien que juste et ponctué d’instants plus légers, sur une société qui évolue sans vraiment s’en apercevoir. Dans son futur, Facebook est désormais réservé aux « geeks nostalgiques », les écologistes politiques ont tellement renversé la tendance que la nature est devenue un fléau… Mais à l’abri de nos petites bulles privées, rien n’a véritablement changé en dépit des années. Qu’on le veuille ou non, et quoiqu’en disent les proverbes, nous restons les mêmes, quitte à reproduire des erreurs dont nous sommes conscients.

Sur scène, le temps passe aussi à travers la musique créée en direct, comme au temps du cinéma muet. Il paraît que c’est très tendance, en 2050, de réciter des histoires en se faisant accompagner d’un pianiste. Et même si elle parvient parfois à se faire oublier, la musique est omniprésente, systématique et discrète, elle égrène les secondes en toute subtilité. Enfin nous parlions de la scénographie, évoquons aussi le travail de la lumière qui la complète et fait peser les ombres d’une époque sur l’autre, et inversement. Un effet simple, sans doute, mais qui apporte une dimension dramatique notable et pertinente.

Los Años de Mariano Pensotti laisse une sensation douce-amère plutôt satisfaisante. Quelques rares longueurs mises à part, la simplicité et la justesse de la pièce et de ses comédiens sont des atouts évidents pour porter ce récit, qui passe nettement outre la sphère privée de ses personnages. Pour nous, en tout cas, l’essence même de cette création n’est pas contrainte aux deux fois quatre murs du décor. Elle ouvre au contraire à tout le reste du monde.

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Recevez les dernières nouveautés de Snobinart, les articles les plus récents, et restez informé(e) de la publication du prochain numéro.

Suivez-nous aussi sur :