Alex Jeannot : « L’originalité est ma force »

Dès la création de notre magazine, nous avons rencontré Alex Jeannot, caviste qui ouvrait son commerce seulement quelques jours après la sortie de notre premier numéro. Rapidement, un partenariat s'est créé et la Cave Chez Jeannot est devenue un partenaire privilégié de notre média. C'est Alex qui vous conseille des bouteilles de vin, bière et spiritueux dans notre support. Attaché à son terroir, mais aussi aux trésors de la France, le caviste vous propose de découvrir des vins tous aussi originaux les uns que les autres.

Thibault Loucheux-Legendre
Thibault Loucheux-Legendre  - Rédacteur en chef / Critique d'art
9 mn de lecture

Est-ce que vous pouvez nous présenter votre parcours ?

J’ai travaillé longtemps dans la restauration quand j’étais au lycée, je faisais les saisons… Quand j’ai eu mon bac je ne savais pas trop où aller, et j’ai continué à faire les saisons d’été mais aussi les saisons d’hiver à l’Alpe d’Huez, à Londres aussi toujours dans la restauration. Au bout d’un moment je me suis un peu lassé du service… J’ai mon oncle et mon grand-père qui sont viticulteurs ont des vignes à Aigues-Mortes. Ils sont en coopérative, ils travaillent la vigne puis ils apportent le raisin à la coopérative. En voyant ma famille travailler dans le vin et ayant côtoyé le produit dans la restauration, je me suis dirigé vers un BTS viticulture et oenologie. C’était l’occasion de voir plus loin et envisager une reprise des vignes familiales et en faire mon propre vin. Je fais mon BTS, puis je fais mon expérience dans différents domaines vers Nîmes, vers le Pic Saint-Loup, dans l’Aude… Mais ces expériences ne se sont pas extrêmement bien passées… Après avoir fait trois domaines sans grande réussite, j’ai eu une grosse remise en question et je me suis dit qu’il fallait plutôt que je me dirige vers la partie commerciale plutôt que sur la production. L’idée c’était de créer ma propre cave et de choisir les vins que je veux présenter aux clients.

C’est ici que l’idée de la Cave Chez Jeannot est née ?

Oui c’était en avril 2020 et en septembre je me suis penché vraiment sur le projet. En décembre j’ai trouvé le local, j’ai signé l’acte de vente en juin. Entre-temps je suis allé à la rencontre des vignerons, j’ai fait les travaux… et j’ai pu ouvrir la cave le 19 juillet 2021.


Comment vous présenteriez cette cave ?

C’est une petite cave à vin un peu intimiste, que les gens se sentent à l’aise. L’ambiance y est agréable, j’ai vraiment voulu qu’elle soit belle, bien aménagée et j’ai de très bons retours là-dessus donc j’en suis très content. C’est la petite cave du centre-ville où les clients peuvent venir trouver des produits originaux avec une grande diversité, du nature, du bio… C’est ce qui me différencie et ma force.

Vous proposez des produits originaux. Vous pouvez nous décrire cette ligne que vous vous êtes fixée ?

Quand j’ai ouvert la cave je ne voulais pas arriver avec toute la ribambelle de vins des sables, avec du Puech Haut… tous ces vins qui sont de qualité mais qu’on trouve partout. J’ai quelques incontournables de la région bien sûr, mais je travaille plutôt avec de petits vignerons qui travaillent à taille humaine. Je passe en direct avec les vignerons, ça créer un lien et c’est plus sympa que de passer par des agents. Le fait d’avoir travaillé dans les vignes, d’avoir vu l’envers du décor ça m’a sensibilisé à me pencher sur les vins bio, natures et sur des produits originaux. L’originalité c’est vraiment la force de ma cave.

Photo : Peter Avondo / Snobinart

La ville d’Aigues-Mortes a-t-elle une influence sur votre travail ?

Oui la ville a une influence parce qu’on est une zone ultra touristique. Un des vins que je vends le plus c’est le vin des sables. C’est bien de pouvoir à la fois faire découvrir le terroir aux touristes et de proposer de l’originalité aux locaux. Cette forte place touristique joue aussi sur les saisons. L’été je fais le gros de mon chiffre d’affaires de l’année alors que l’hiver c’est plus calme. Aigues-Mortes m’a aussi permis de faire jouer ma créativité en développant un Gin et une bière à la fougasse d’Aigues-Mortes. Un jour j’ai goûté une glace à la fougasse et je me suis dit que l’idée était fantastique. J’ai donc fait un partenariat avec la Maison Ferroni pour faire du Gin à la fougasse d’Aigues-Mortes, ça a super bien marché alors je me suis lancé dans une autre collaboration avec les bières Iron. Que ce soit Ferroni ou Iron, dans leur domaine de prédilection ils font des produits assez originaux et précis. Je ne pense pas que j’irai plus loin, si j’arrive à poursuivre sur le gin et la bière ça me suffit. Je préfèrerais me diriger vers d’autres collaborations que la fougasse. Mais c’est vrai que c’est incontestablement un plus. 

En plus de la partie cave, vous proposez la possibilité de boire un verre de vin en terrasse…

C’était un souhait quand j’ai ouvert la cave. Quand on est caviste on peut faire déguster si on veut mais ce n’est pas ce que je voulais. Je suis très bien placé, dans une rue passante avec une terrasse, je voulais que les gens puissent consommer directement sur place dans une ambiance sympa. J’ai donc investi dans une licence 3, mais le retour sur investissement est hyper positif. Pour l’instant je ne propose que de la boisson mais j’ai une grosse demande sur la partie nourriture avec la possibilité de proposer des planches de tapas, fromages, charcuteries… Mais après on tombe dans un autre métier, je ne suis plus une cave mais un bar à vin. Donc je ne veux pas trop m’éparpiller d’entrée de jeu, je préfère y aller étape par étape. Si je suis amené à le faire, je souhaite le faire bien. Je réfléchis aussi à la possibilité de faire des événements, le week-end, le midi, un ou deux soirs en semaine pour prendre la température et voir comment ça se passe. 

Photo : Peter Avondo / Snobinart

Alex Jeannot vous conseille un vin, une bière et un spiritueux :

Vin – Le Facteur su’l’vélo

« C’est un vigneron avec qui j’ai accroché très rapidement, il est très sympa. Son domaine est du côté de Vouvray où il y a beaucoup de Chenin. C’est un vin 100% Chenin en bio avec une belle tension, une belle acidité. C’est vraiment ce que j’aime, même pour l’apéro avoir un vin un peu vif qui réveille les papilles… C’est un vin que j’adore, avec un très bon rapport qualité/prix et pour lequel j’ai des très bons retours. »

Bière – Brasserie 5bis

« J’ai déjà pas mal parlé de la brasserie Iron avec mon partenariat, alors je vais vous présenter une autre brasserie que j’adore : la brasserie 5bis. C’est une dame qui est à La Palme que j’ai rencontré quand j’ai bossé dans mon dernier domaine. J’y suis allé par curiosité, je l’ai rencontré et j’ai vraiment apprécié ses bières. Elle a une gamme large et variée. Ce sont des bières très bien faites et très faciles d’accès. Elles sont légères, je conseille particulièrement sa bière ambrée et sa ginger. »

Spiritueux – Distillerie du Petit Grain

« C’est une distillerie avec qui je bosse en direct. Je les ai rencontrés dans un salon de vignerons, ils sont dans le Minervois. Ils font une Poire Williams qui est folle. Je n’ai jamais goûté une poire aussi bonne. On sent vraiment le grain de la poire, ça glisse sans brûler l’oesophage… C’est vraiment parfait et goûtu. »

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Partager cet article
Avatar photo
Par Thibault Loucheux-Legendre Rédacteur en chef / Critique d'art
Suivre :
Après avoir étudié l'histoire et le cinéma, Thibault Loucheux-Legendre a travaillé au sein de différentes rédactions avant de lancer Snobinart et de se spécialiser dans la critique d'art contemporain. Il est également l'auteur de plusieurs romans. 06 71 06 16 43 / thibault.loucheux@snobinart.fr
Laisser un commentaire

Abonnez-vous au magazine Snobinart !